jump to navigation

Quand l’administration Française ressemble à une colonie de vacances ! juillet 7, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Aurélie B. chargée de mission à la délégation aux affaires européennes et internationales du conseil régional décide d’écrire un roman inspiré de son expérience et de celle d’autres amis. Zoé Shepard, son nom d’emprunt, signe en mars 2010 chez Albin Michel Absolument dé-bor-dée ! : le Paradoxe du fonctionnaire.
Soucieuse du traqvail bien fait et désireuse de travailler correctement Zoé Shepard est choquée par le fonctionnement et l’inefficacité du conseil régional où elle travaille. Les deux extraits ci dessous sont une délicieux avant goût de ce qu’est l’administration française. Bonne lecture !

Extrait : Les camemberts
« Comme Coconne me l’avait promis, je trouve un énorme dossier estampillé d’un Post-it, sur lequel elle a sobrement indiqué : ‘Faire des camemberts.’ J’ouvre le dossier et récupère les deux tableaux récapitulatifs des années précédentes. « Faire des camemberts », en coconnien, signifie présenter une poignée de graphiques secteurs Excel pour comparer l’évolution des différents postes budgétaires du service sur deux ans, ce qui devrait me prendre une vingtaine de minutes et m’assurer la reconnaissance éternelle du très impressionnable directeur général de l’AIE (Affaires internationales et européennes, ndlr), Bertrand Dupuy-Camet, incapable de trouver le programme pour additionner deux et deux sur son ordinateur.
Si l’on y ajoute les quatre rapports parlementaires que je dois synthétiser et les deux réunions auxquelles je dois faire acte de présence, j’évalue mon travail de la semaine à huit heures. Soit une grosse semaine de travail dans ce monde professionnel pour le moins déroutant. La première fois, ça m’a semblé tellement ahurissant que j’ai eu envie d’en rire. »

Extrait : Huit ans pour ça
« Avoir fait autant d’études pour ça me semblait fou. Huit ans dont deux d’esclavage en prépa, deux à Sciences-Po et dix-huit mois à l’ETA. Pas l’organisation terroriste basque, mais l’Ecole territoriale d’administration, formant les administrateurs territoriaux.
Huit ans pour ça. Ça, c’était une cinquantaine de pages de documents que « The Boss » avait déposées sur mon bureau, le jour de mon arrivée, avec un air gêné :
‘Pourriez-vous me faire une synthèse de ce dossier relatif à l’utilisation des fonds européens ? Vous avez la semaine, ça ira ? a-t-il demandé, le visage déformé par l’inquiétude d’être pris pour un esclavagiste.
– C’est une plaisanterie ? ai-je demandé, incrédule.
– Je sais, a-t-il rajouté, c’est… comment dire ?…
ahurissant de penser qu’il me faudra cinq jours de travail pour une note que j’aurai fini de rédiger dans deux heures, pause incluse ?
–… Un gros travail. Ecoutez, vous pouvez me le rendre en milieu de semaine prochaine si vous n’avez pas fini. Il n’y a aucun problème’, a-t-il achevé avant de quitter mon bureau, me laissant pour le moins songeuse.
Une heure et demie plus tard, l’imprimante crachotait ma note et je me demandais vraiment où j’avais atterri. »

Le journal sud Ouest sur son site publie quelques témoignages éloquant de fonctionnaires, en voici un extrait : « Romuald : « Entier soutien à « Zoé Shepard ». Je suis moi-même fonctionnaire, « simple » catégorie C et je puis largement témoigner du nombre élevé de ce qu’on appelait dans l’armée les « gamelards », invirables malgré leur manque de professionnalisme, d’implication évidents; protégés qu’ils sont par des syndicats refusant tout licenciement, et/ou une hiérarchie frileuse ne voulant pas de vagues. »
Analyse semblable de la part d’Hélène B. : « Il se passe des choses éhontées dans les collectivités territoriales, et il est plus que temps qu’il soit mis fin aux petites «royautés» qu’elles constituent. On y trouve un très grand gaspillage d’argent, des gouvernances orientées vers le «moins de problèmes possibles» et beaucoup de «façade» au mépris d’objectifs valables et constructifs. » « .

Communiqué de Presse d’Alternative Libérale le 2 Juillet 2010«

Affaire Zoé Shepard » : Alternative Libérale apporte son soutien à Aurélie Boulet

Face à une nouvelle atteinte à la liberté d’expression, Alternative Libérale rappelle que celle-ci est un pilier majeur de toute démocratie libérale garantie par la Constitution.
Alternative Libérale apporte son soutien à Aurélie Boulet, auteur du roman « Absolument dé-bor-dée ! : le paradoxe du fonctionnaire », aujourd’hui menacée de deux ans d’exclusion de la fonction publique par son employeur le Conseil Régional d’Aquitaine
En effet, Alternative Libérale trouve totalement inopportun de la part d’Alain Rousset, grand notable du PS, d’exclure de l’administration, au travers d’une mesure sans précédent, un fonctionnaire dont la seule « faute » est de vouloir améliorer le fonctionnement de l’administration locale en décrivant ses travers.
Alternative Libérale rend par ailleurs hommage aux médias qui apportent leur soutien à Aurélie Boulet au nom de la défense de liberté d’expression et à tous les fonctionnaires qui se mobilisent contre une atteinte grave à leurs droits.

Réforme des retraites : la grande mascarade ! juin 14, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , , , , , ,
1 comment so far

Communiqué de presse d’Alternative Libérale 27 mai 2010

Alternative Libérale dénonce l’absence de courage politique du Gouvernement dans le dossier des retraites et s’insurge contre le maintien annoncé des privilèges.

Face aux rodomontades des professionnels de la grève, le Gouvernement a jugé urgent de ne rien faire. La réforme des retraites en gestation ne traitera ainsi ni le problème lancinant de l’inégalité entre secteurs privé et public, ni celui des ruineux avantages des régimes spéciaux.

C’est donc une fois de plus les salariés du secteur privé, les travailleurs indépendants et plus généralement les contribuables qui supporteront la charge d’un système de retraite obsolète et les milliards d’euros de surcoûts annuels que représentent les privilèges du secteur public et des régimes spéciaux.

Cependant, cet énième rafistolage et l’achat d’une précaire et très virtuelle paix sociale ne permettront au mieux que de repousser l’échéance de quelques années avant l’inéluctable effondrement de notre système de retraite.

Seul un changement radical mettant en œuvre les principes de liberté, de responsabilité et d’égalité qui prévalent dans une authentique démocratie libérale, est en effet à même de répondre dans la durée au défi des retraites. Ce changement devra également être lisible et équitable, pour être compris et accepté de tous.

Alternative Libérale propose ainsi de
1. créer un régime unique de retraites pour tous les salariés du public comme du privé ;
2. basculer vers un système d’épargne retraite, la répartition étant limitée au financement du minimum vieillesse ;
3. donner à chacun le choix de son âge de départ à la retraite.

%d blogueurs aiment cette page :