jump to navigation

Entrepreneuriat : comment libérer les talents et les compétences en France ? avril 3, 2013

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

Communiqué de Presse d’Alternative Libérale du 03 mars 2013

Alors que la France fait face à une récession sans précédent, la classe politique française tend à se replier sur elle-même en recherchant des solutions dans l’ultra étatisme, le dirigisme, le nationalisme et le socialisme. Ces recettes ont pourtant échoué, de tout temps, et sous toutes les latitudes. Alternative Libérale, le parti pris de la liberté, fidèle à son engagement en faveur des valeurs de libertés, tient à rappeler que la France n’est pas une ile isolée, qui pourrait vivre sous un régime complètement étatique, mais que notre pays est au contraire une des composantes de l’Union Européenne, et qu’il s’enorgueillit de sa qualité de ses forces vives, à commercer par les entrepreneurs.

Alternative Libérale, avec le soutien du Forum Libéral Européen et de la Friedrich Naumann Foundation for Freedom, ont le plaisir de vous inviter au débat suivant :

Entrepreneuriat : comment libérer les talents et les compétences en France ?

Ce débat aura lieu le samedi 6 avril 2013 de 15h30 à 18h30 à la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, au 4 place saint Germain des Prés.

Les intervenants seront à la disposition des journalistes entre 15h30 et 16h.

Inscriptions sur fdeharven@alternativeliberale.fr

Il rassemblera les intervenants suivants :

Olivier Mousson| Président de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale

SUSANNE HARTIG| Directeur Exécutive du Forum Libérale Européen (ELF)

FRÉDÉRIC DE HARVEN| Président d’Alternative Libérale, membre d’ELF

SIR GRAHAM WATSON MEP| Président  du Parti ALDE, Les Libéraux Démocrates Européens

DENIS JACQUET| Président de la société d’e-learning Edufactory et du mouvement Parrainer la croissance.

ARMAND BOGAARTS| Entrepreneur et dirigeant (CDL, LCL Belgium, T-Plan N.V.)

ALEXANDER GRAF LAMBSDORFF | Député Européen (FDP), Vice-Président de l’ALDE

HERVE LAMBEL| président de l’organisation patronale Le Cerf, candidat à la présidence du Medef .

AZIZ SENNI | Entrepreneur Social, Fondateur Président du Conseil de Surveillance du fond d’investissement Business Angels des Cités, Fondateur Président d’ATA.

De cette rencontre, Alternative Libérale tirera des conclusions quant à la nécessité de laisser s’exprimer le potentiel entrepreneurial des français.

Contact : Frédéric de Harven, fdeharven@alternativeliberale.fr 0664899321

Moody’s downgrades France’s government bond rating to Aa1 from Aaa, maintains negative outlook novembre 19, 2012

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , ,
add a comment
Ci-dessous l article de Moody’s et la dégradation de la France.
L’article ci dessous est disponible sur le site de Moody’s http://www.moodys.com/research/Moodys-downgrades-Frances-government-bond-rating-to-Aa1-from-Aaa–PR_260071

Moody’s downgrades France’s government bond rating to Aa1 from Aaa, maintains negative outlook

Global Credit Research – 19 Nov 2012

 Frankfurt am Main, November 19, 2012 — Moody’s Investors Service has today downgraded France’s government bond rating by one notch to Aa1 from Aaa. The outlook remains negative.

Today’s rating action follows Moody’s decision on 23 July 2012 to change to negative the outlooks on the Aaa ratings of Germany, Luxembourg and the Netherlands. At the time, Moody’s also announced that it would assess France’s Aaa sovereign rating and its outlook, which had been changed to negative on 13 February 2012, to determine the impact of the elevated risk of a Greek exit from the euro area, the growing likelihood of collective support for other euro area sovereigns and stalled economic growth. Today’s rating action concludes this assessment.

Moody’s decision to downgrade France’s rating and maintain the negative outlook reflects the following key interrelated factors:

1.) France’s long-term economic growth outlook is negatively affected by multiple structural challenges, including its gradual, sustained loss of competitiveness and the long-standing rigidities of its labour, goods and service markets.

2.) France’s fiscal outlook is uncertain as a result of its deteriorating economic prospects, both in the short term due to subdued domestic and external demand, and in the longer term due to the structural rigidities noted above.

3.) The predictability of France’s resilience to future euro area shocks is diminishing in view of the rising risks to economic growth, fiscal performance and cost of funding. France’s exposure to peripheral Europe through its trade linkages and its banking system is disproportionately large, and its contingent obligations to support other euro area members have been increasing. Moreover, unlike other non-euro area sovereigns that carry similarly high ratings, France does not have access to a national central bank for the financing of its debt in the event of a market disruption.

At the same time, Moody’s explains that France remains extremely highly rated, at Aa1, because of the country’s significant credit strengths, which include (i) a large and diversified economy which underpins France’s economic resiliency, and (ii) a strong commitment to structural reforms and fiscal consolidation, as reflected in recent governmental announcements, which may, over the medium term, mitigate some of the structural rigidities and improve France’s debt dynamics.

In a related rating action, Moody’s has also downgraded the ratings of Société de Financement de l’Economie Française (SFEF) and Société de Prise de Participation de l’État (SPPE) to Aa1 from Aaa. Furthermore, Moody’s has affirmed the Prime-1 rating of SPPE’s euro-denominated commercial paper programme. The outlooks on the ratings of the two entities remain negative. The senior debt instruments issued by the two entities are backed by unconditional and irrevocable guarantees from the French government.

RATINGS RATIONALE

The first driver underlying Moody’s one-notch downgrade of France’s sovereign rating is the risk to economic growth, and therefore to the government’s finances, posed by the country’s persistent structural economic challenges. These include the rigidities in labour and services markets, and low levels of innovation, which continue to drive France’s gradual but sustained loss of competitiveness and the gradual erosion of its export-oriented industrial base.

The rise in France’s real effective exchange rate in recent years contributes to this erosion of competitiveness, in particular relative to Germany, the UK and the US. The challenge of restoring price-competitiveness through wage moderation and cost containment is made more difficult by France’s membership of the monetary union, which removes the adjustment mechanism that the ability to devalue its own currency would provide.

Apart from elevated taxes and social contributions, the French labour market is characterised by a high degree of segmentation as a result of significant employment protection legislation for permanent contracts. While notice periods and severance payments are not significantly higher than they are in other European countries, some parts of this legislation make dismissals particularly difficult. This judicial uncertainty raises the implicit cost of labour and creates disincentives to hire. In addition, the definition of economic dismissal in France rules out its use to improve a firm’s competitiveness and profitability.

Moreover, the regulation of the services market remains more restrictive in France than it is in many other countries, as reflected in the OECD Indicators of Product Market Regulation. The subdued competition in the services sector also has a negative effect on the purchasing power of households and the input costs of enterprises. France additionally faces significant non-price competitiveness issues that stem from low R&D intensity compared to other EU countries.

Moody’s recognises that the government recently announced measures intended to address some of these structural challenges. However, those measures alone are unlikely to be sufficiently far-reaching to restore competitiveness, and Moody’s notes that the track record of successive French governments in effecting such measures over the past two decades has been poor.

The second driver of today’s rating action is the elevated uncertainty with respect to France’s fiscal outlook. Moody’s acknowledges that the government’s budget forecasts target a reduction in the headline deficit to 0.3% of GDP by 2017 and a balancing of the structural deficit by 2016. However, the rating agency considers the GDP growth assumptions of 0.8% in 2013 and 2.0% from 2014 onwards to be overly optimistic. On top of rising unemployment, France’s consumption levels are being weighed down by tax increases, subdued disposable income growth and a correction in the housing market. Net exports are unlikely to drive economic activity in light of reduced external demand, in particular from euro area trading partners such as Italy and Spain.

As a result, Moody’s sees a continued risk of fiscal slippage and of additional consolidation measures. Again, based on the track record of successive governments in implementing fiscal consolidation measures, Moody’s will remain cautious when assessing whether the consolidation effort is sufficiently deep and sustained.

The third rating driver of Moody’s downgrade of France’s sovereign rating is the diminishing predictability of the country’s resilience to future euro area shocks in view of the rising risks to economic growth, fiscal performance and cost of funding. In this context, France is disproportionately exposed to peripheral European countries such as Italy through its trade linkages and its banking system.

Moody’s notes that French banks have sizable exposures to some weaker euro area countries. As a result, despite their good loss-absorption capacity, French banks remain vulnerable to a further deepening of the crisis due to these exposures and their significant — albeit reduced — reliance on wholesale market funding. This vulnerability adds to the government’s contingent liabilities arising from the French banking system.

Moreover, France’s credit exposure to the euro area debt crisis has been growing due to the increased amount of euro area resources that may be made available to support troubled sovereigns and banks through the European Financial Stability Facility (EFSF), the European Stability Mechanism (ESM) and the facilities put in place by the European Central Bank (ECB). At the same time, in case of need, France — like other large and highly rated euro area member states — may not benefit from these support mechanisms to the same extent, given that these resources might have already been exhausted by then.

In light of the liquidity risks and banking sector risks in non-core countries, Moody’s perceives an elevated risk that at least part of the contingent liabilities that relate to the support of non-core euro area countries may actually crystallise for France. The risk that greater collective support will be required for weaker euro area sovereigns has been rising, most for notably Spain, whose economy and government bond market are around twice the combined size of those of Greece, Portugal and Ireland. Highly rated member states like France are likely to bear a disproportionately large share of this burden given their greater ability to absorb the associated costs.

More generally, further shocks to sovereign and bank credit markets would further undermine financial and economic stability in France as well as in other euro area countries. The impact of such shocks would be expected to be felt disproportionately by more highly indebted governments such as France, and further accentuate the fiscal and structural economic pressures noted above. While the French government’s debt service costs have been largely contained to date, Moody’s would not expect this to remain the case in the event of a further shock. A rise in debt service costs would further increase the pressure on the finances of the French government, which, unlike other non-euro area sovereigns that carry similarly high ratings, does not have access to a national central bank that could assist with the financing of its debt in the event of a market disruption.

Today’s rating action on France’s government bond rating was limited to one notch given (i) the country’s large and diversified economy, which underpins France’s economic resiliency, and (ii) the government’s commitment to structural reforms and fiscal consolidation. The limited magnitude of today’s rating action also reflects an acknowledgment by Moody’s of the French government’s ongoing work on a reform programme to improve the country’s competitiveness and long-term growth perspectives, with key measures expected to be outlined in the National Pact for Growth, Competitiveness and Employment. Moreover, on the fiscal side, the European Treaty on the Stability, Coordination and Governance of the Economic and Monetary Union (TSCG), known as the « fiscal compact », will be implemented through the Organic Law on Public Finance Planning and Governance.

RATIONALE FOR CONTINUED NEGATIVE OUTLOOK

Moody’s decision to maintain a negative outlook on France’s government bond rating reflects the weak macroeconomic environment, and the rating agency’s view that the risks to the implementation of the government’s planned reforms remain substantial. Moreover, Moody’s currently also holds negative outlooks on those Aaa-rated euro area sovereigns whose balance sheets are expected to bear the main financial burden of support via the operations of the EFSF, the ESM and the ECB. Apart from France, these countries comprise Germany (Aaa negative), the Netherlands (Aaa negative) and Austria (Aaa negative).

WHAT COULD MOVE THE RATING UP/DOWN

Moody’s would downgrade France’s government debt rating further in the event of additional material deterioration in the country’s economic prospects or difficulties in implementing reform. Substantial economic and financial shocks stemming from the euro area debt crisis would also exert further downward pressure on France’s rating.

Given the current negative outlook on France’s sovereign rating, an upgrade is unlikely over the medium term. However, Moody’s would consider changing the outlook on France’s sovereign rating to stable in the event of a successful implementation of economic reforms and fiscal measures that effectively strengthen the growth prospects of the French economy and the government’s balance sheet. Upward pressure on France’s rating could also result from a significant improvement in the government’s public finances, accompanied by a reversal in the upward trajectory in public debt.

Lycéens en grève : les dindons de la farce ! octobre 15, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , ,
1 comment so far

Communiqué de Presse d’Alternative Libérale le 15 octobre 2010

Face à l’entrée d’une partie des lycéens dans le mouvement de contestation au projet de réforme des retraites, Alternative Libérale dénonce l’irresponsabilité de la gauche et le manque de pédagogie du gouvernement. Alternative Libérale rappelle également quelques vérités économiques qui mettent à bas le principal sophisme des apprentis grévistes.
La gauche a réussi à entraîner une partie de la jeunesse sur la défense d’un système de répartition fondamentalement incapable d’assurer sa mission à long terme, sur un mot d’ordre simple « la réforme des retraites va accentuer le chômage des jeunes ».

Alternative Libérale appelle la gauche socialiste et ultra étatiste à faire preuve de responsabilité dans la diffusion de telles idées fausses. Elle appelle également le gouvernement et la droite parlementaire à faire preuve d’un peu plus de pédagogie en combattant cette erreur malthusienne selon laquelle moins de temps de travail et départ à la retraite plus tôt se traduit par plus d’emploi.

La théorie économique et surtout l’expérience pratique montrent en effet que la réalité est exactement inverse.

Ainsi, la France combine un fort taux de chômage chez les jeunes (25% pour la tranche 15-24 ans contre 20% pour la moyenne de l’UE), avec un temps de travail annuel le plus bas d’Europe (1.568 heures / an contre 1.697 heures / an pour la moyenne de l’UE) et un taux d’activité des seniors parmi les plus faibles (38,9% pour la tranche 55-64 ans contre 46% pour la moyenne de l’UE). Ces quelques chiffres, accessibles à tous, sont la preuve indiscutable que la sortie massive des seniors du marché du travail ne profite pas aux jeunes, ni d’ailleurs aux entreprises qui y perdent un capital humain souvent difficile à remplacer.

Au contraire, Alternative Libérale appelle à la fois à tenir compte de la réalité démographique et du fait que c’est l’emploi qui crée l’emploi parce que l’emploi crée la richesse, elle-même seule créatrice d’emploi. C’est dans ce cercle vertueux que la France doit enfin s’inscrire comme nombre de ses homologues européens.

Alternative Libérale, auteur d’un dossier sur les retraites, rappelle que la retraite par répartition dans sa version actuelle est vouée à une faillite inéluctable et qu’elle doit être remplacée au plus vite par un système d’épargne personnelle, permettrant à la fois de responsabiliser les choix individuels et de libérer l’économie.

Alternative Libérale appelle la majorité silencieuse de la jeunesse à refuser l’instrumentalisation irresponsable dont elle fait l’objet par la gauche et plusieurs syndicats à des fins contraire à son avenir, et à exprimer son opinion lors des prochaines échéances électorales. Car dans une authentique démocratie libérale, les grands choix d’avenir d’un pays se décident dans les urnes pas dans la rue.

L’Alternative Libérale est en marche ! octobre 4, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , , , , , , , ,
add a comment


Vous pensez que la France fonctionne parfois à l’envers ? Vous souhaitez que cela change mais ne vous reconnaissez ni dans les partis conservateurs ou socialistes, ni dans les extrêmes. Alternative Libérale est peut être votre meilleure chance de remettre la France sur ses pieds.

Alternative Libérale se lève pour défendre notre droit à une France meilleure, à des vies plus heureuses et plus libres. Les blocages innombrables du pays ont conduit à une situation intenable qui pénalise notre présent et hypothèque notre avenir.

A force de privilégier l’action Etatique, au détriment des réformes fondées sur la responsabilité et l’initiative individuelle, des générations d’hommes politiques ont privé le pays des ressorts du sursaut. L’abandon de la vie syndicale aux luttes corporatistes, le renoncement à la liberté de l’entreprise au nom des systèmes sociaux, l’élimination progressive de la liberté du citoyen, sont autant de stigmates d’une France qui s’avachit. Elle n’est plus désormais que l’ombre d’elle-même. Dans cette France en berne, les premières victimes ne sont pas les plus nantis, mais bien les hommes et les femmes du peuple. Ceux qui prennent le RER pour aller au travail et paient leurs impôts sans l’assistance d’un avocat fiscaliste. Ceux qui subissent les restructurations, les plans sociaux et qui connaissent le chômage avec l’espoir ténu de retrouver un emploi. Ceux qui voient leur voitures brûler dans les cités des grandes villes.

Alternative Libérale propose un chemin nouveau, encore inexploré. Nous proposons une réforme radicale de l’Etat et des systèmes sociaux, une refonte complète du fonctionnement de nos institutions, une nouvelle donne pour l’emploi et l’intégration. Pour ces réformes nous avons une seule boussole : le passage d’une société de surveillance et d’assistance généralisée à une société de responsabilité et de liberté. Le recours à la voie des réformes libérales est la meilleure chance pour notre pays. Pour une voie des réformes libérales, au service de la liberté, mais aussi de la justice sociale. La liberté des individus ne s’oppose pas à la justice sociale, elle en est au contraire le socle.

Nous ne sommes ni des conservateurs, ni des socialistes : nous sommes des libéraux. Nos idées méritent d’être présentées directement aux électeurs, sans passer par l’intermédiaire d’un tiers parti. Notre indépendance est le gage de notre cohérence, de notre lisibilité dans l’opinion et les médias, de notre efficacité politique : peser sur les choix qui feront la France de demain.

La France ce beau pays que nous aimons tant devenu la risée du monde. septembre 23, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , ,
add a comment

Mais que sont devenus les droits de l’Homme ? Fierté et surtout valeur française durant des siècles, les droits de l’Homme sont régulièrement bafoués dans notre pays. Alors certes nous pouvons toujours trouver pire ailleurs, mais pour un pays qui se place comme un garant de ces valeurs la France fait aujourd’hui pale figure. De l’exemple de nos prisons, ou de la reconduite aux frontières des Roms, la France n’est plus un exemple en la matière. Depuis plusieurs mois la France se distingue très négativement sur la scène internationale. Après avoir été la risée du monde lors du mondial de foot où nos joueurs ont fait grève (pour des Français c’est pas très choquant cependant), c’est sur le plan politique que la France fait aujourd’hui la une des journaux. S’il n’y avait que les dérapages ou les photos de Carla cela pourrait prêter à sourire mais c’est sur un des piliers de notre société, de notre pays, que nous sommes attaqués, celui des droits de l’homme. Rarement en politique internationale y a-t ‘il eut une telle unanimité, de la maison blanche aux Nations Unies en passant par le Vatican, le Parlement Européen et la Commission tous s’accordent pour dire que notre chef de l’Etat avec sa politique « du tout sécuritaire » a dépassé les « bornes « !

Alternative Libérale publie son plaidoyer en faveur de l’épargne personnelle et lance une pétition en ligne septembre 9, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

Alors qu’une nième réforme des retraites par répartition est en discussion au Parlement, et que les syndicats y répondent à nouveau par une grève générale, Alternative Libérale démontre qu’un autre choix est possible et invite les Français à s’exprimer sur leur avenir.

Grèves chez les enseignants, dans les transports, dans la fonction publique : la rentrée commence par une épreuve de force. Mais le vrai débat sur l’avenir des retraites a-t-il eu lieu ? Tout le monde s’accorde pour vouloir « sauver notre système de retraite par répartition ». La réforme qu’on nous propose vise cet objectif … jusqu’en 2018.
Face à la faillite annoncée du système, une alternative existe, plus efficace, plus équitable, qui ouvre des espaces de liberté et s’appuie sur la responsabilité de chacun.
Alternative Libérale publie aujourd’hui son plaidoyer pour l’épargne personnelle, une idée neuve en France mais déjà pratiquée avec succès dans 28 pays à travers le monde. Ce dossier démonte une à une les idées reçues qui persistent sur les systèmes de retraite par répartition et par capitalisation. Pour le télécharger : Retraites : la solution de l’épargne personnelle.pdf

Face à un pouvoir sans vision ni courage, et face au chantage de la rue, nous vous invitons également à faire entendre votre voix. Signez notre pétition en ligne en cliquant<a href="Signer la petition« > ici.

Depuis le 28 juillet je ne travaille plus pour l’Etat mais pour ma famille août 10, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

D’après l’association Contribuables Associés, en 2010, un Français travaille 208 jours par an pour subvenir aux besoins de l’Etat et des administrations publiques. C’est 13 jours de plus qu’en 2009, 22 jours de plus que la moyenne de la zone euro et 45 jours de plus que la moyenne de l’OCDE. Depuis cette date la richesse produite par le travail des Français ne va plus à l’Etat qui est incapable de gérer ses dépenses publiques. Rendez-vous compte qu’en 2010 les dépenses publiques représenteront 56.9% du PIB français. Ce poids fiscal étouffe la réussite et les talents, et bloque toute ascension sociale. Une profonde refondation de la politique fiscale de la France est nécessaire afin d’éviter de mener le pays à sa ruine. Cela passe en premier lieu par le désengagement de l’Etat de toutes ses missions non-régaliennes. Mais aussi en rendant la liberté aux créateurs de richesses que sont les entrepreneurs. Un baisse immédiate des charges salariales et de l’impôt sur les sociétés est un premier pas essentiel dans la sortie de crise de notre pays. Avec un taux de chômage à près de 10% l’ascension sociale passe aussi et avant tout par une diminution de chômage.

Quand l’administration Française ressemble à une colonie de vacances ! juillet 7, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Aurélie B. chargée de mission à la délégation aux affaires européennes et internationales du conseil régional décide d’écrire un roman inspiré de son expérience et de celle d’autres amis. Zoé Shepard, son nom d’emprunt, signe en mars 2010 chez Albin Michel Absolument dé-bor-dée ! : le Paradoxe du fonctionnaire.
Soucieuse du traqvail bien fait et désireuse de travailler correctement Zoé Shepard est choquée par le fonctionnement et l’inefficacité du conseil régional où elle travaille. Les deux extraits ci dessous sont une délicieux avant goût de ce qu’est l’administration française. Bonne lecture !

Extrait : Les camemberts
« Comme Coconne me l’avait promis, je trouve un énorme dossier estampillé d’un Post-it, sur lequel elle a sobrement indiqué : ‘Faire des camemberts.’ J’ouvre le dossier et récupère les deux tableaux récapitulatifs des années précédentes. « Faire des camemberts », en coconnien, signifie présenter une poignée de graphiques secteurs Excel pour comparer l’évolution des différents postes budgétaires du service sur deux ans, ce qui devrait me prendre une vingtaine de minutes et m’assurer la reconnaissance éternelle du très impressionnable directeur général de l’AIE (Affaires internationales et européennes, ndlr), Bertrand Dupuy-Camet, incapable de trouver le programme pour additionner deux et deux sur son ordinateur.
Si l’on y ajoute les quatre rapports parlementaires que je dois synthétiser et les deux réunions auxquelles je dois faire acte de présence, j’évalue mon travail de la semaine à huit heures. Soit une grosse semaine de travail dans ce monde professionnel pour le moins déroutant. La première fois, ça m’a semblé tellement ahurissant que j’ai eu envie d’en rire. »

Extrait : Huit ans pour ça
« Avoir fait autant d’études pour ça me semblait fou. Huit ans dont deux d’esclavage en prépa, deux à Sciences-Po et dix-huit mois à l’ETA. Pas l’organisation terroriste basque, mais l’Ecole territoriale d’administration, formant les administrateurs territoriaux.
Huit ans pour ça. Ça, c’était une cinquantaine de pages de documents que « The Boss » avait déposées sur mon bureau, le jour de mon arrivée, avec un air gêné :
‘Pourriez-vous me faire une synthèse de ce dossier relatif à l’utilisation des fonds européens ? Vous avez la semaine, ça ira ? a-t-il demandé, le visage déformé par l’inquiétude d’être pris pour un esclavagiste.
– C’est une plaisanterie ? ai-je demandé, incrédule.
– Je sais, a-t-il rajouté, c’est… comment dire ?…
ahurissant de penser qu’il me faudra cinq jours de travail pour une note que j’aurai fini de rédiger dans deux heures, pause incluse ?
–… Un gros travail. Ecoutez, vous pouvez me le rendre en milieu de semaine prochaine si vous n’avez pas fini. Il n’y a aucun problème’, a-t-il achevé avant de quitter mon bureau, me laissant pour le moins songeuse.
Une heure et demie plus tard, l’imprimante crachotait ma note et je me demandais vraiment où j’avais atterri. »

Le journal sud Ouest sur son site publie quelques témoignages éloquant de fonctionnaires, en voici un extrait : « Romuald : « Entier soutien à « Zoé Shepard ». Je suis moi-même fonctionnaire, « simple » catégorie C et je puis largement témoigner du nombre élevé de ce qu’on appelait dans l’armée les « gamelards », invirables malgré leur manque de professionnalisme, d’implication évidents; protégés qu’ils sont par des syndicats refusant tout licenciement, et/ou une hiérarchie frileuse ne voulant pas de vagues. »
Analyse semblable de la part d’Hélène B. : « Il se passe des choses éhontées dans les collectivités territoriales, et il est plus que temps qu’il soit mis fin aux petites «royautés» qu’elles constituent. On y trouve un très grand gaspillage d’argent, des gouvernances orientées vers le «moins de problèmes possibles» et beaucoup de «façade» au mépris d’objectifs valables et constructifs. » « .

Communiqué de Presse d’Alternative Libérale le 2 Juillet 2010«

Affaire Zoé Shepard » : Alternative Libérale apporte son soutien à Aurélie Boulet

Face à une nouvelle atteinte à la liberté d’expression, Alternative Libérale rappelle que celle-ci est un pilier majeur de toute démocratie libérale garantie par la Constitution.
Alternative Libérale apporte son soutien à Aurélie Boulet, auteur du roman « Absolument dé-bor-dée ! : le paradoxe du fonctionnaire », aujourd’hui menacée de deux ans d’exclusion de la fonction publique par son employeur le Conseil Régional d’Aquitaine
En effet, Alternative Libérale trouve totalement inopportun de la part d’Alain Rousset, grand notable du PS, d’exclure de l’administration, au travers d’une mesure sans précédent, un fonctionnaire dont la seule « faute » est de vouloir améliorer le fonctionnement de l’administration locale en décrivant ses travers.
Alternative Libérale rend par ailleurs hommage aux médias qui apportent leur soutien à Aurélie Boulet au nom de la défense de liberté d’expression et à tous les fonctionnaires qui se mobilisent contre une atteinte grave à leurs droits.

Qu’est-ce que le libéralisme ? juillet 7, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , ,
add a comment

Vous ne savez pas quoi lire durant l’été sur la plage, je vous conseille « Qu’est-ce que le libéralisme ? » de Catherine Audard professeur de philosophie morale et politique à la London School of Economics (Department of Philosophy) ; Folio essais.
« Est-ce un abus de langage que d’utiliser le même terme de « libéralisme » pour les idées de Locke et celles du New Deal, pour les thèses de John Rawls et l’expérience économique des théories de Milton Friedman que fit le Chili de Pinochet ?
A la question « Qu’est-ce que le libéralisme ? » il n’est qu’une réponse pertinente : mettre en évidence le noyau constitutif d’idées et de valeurs qui donne sa cohérence au libéralisme, à travers la reconstitution de ses débats et de ses crises dans l’histoire. Cette théorie définit ce qu’est la société « bonne » ou « juste » : celle où chacun, tant qu’il ne nuit pas à autrui et n’attente aux intérêts vitaux de personne, est le meilleur juge, dans la liberté de sa conscience, de son bien et de ses intérêts, dont il peut être tenu pour responsable.
Des origines à aujourd’hui, Catherine Audard tisse la toile des liens pour le moins contradictoires qu’ont entretenus cette théorie normative et la politique réelle. Où le lecteur découvrira alors les nombreuses limites, économiques, politiques et sociales, que l’éthique libérale a posées pour que chacun puisse être libre, sans oppression ni sujétion d’aucune sorte. Le libéralisme, en cela, n’est pas un système, mais une promesse. » (4e de couverture – (date de publication : 29 octobre 2009))
http://www.amazon.fr/Quest-ce-que-lib%C3%A9ralisme-Ethique-politique/dp/207034973X

Franc succès des 48h d’Alternative Libérale juin 30, 2010

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
Tags: , , , , , ,
add a comment

À l’initiative de son Secrétaire Général, Frédéric de Harven, Alternative Libérale a tenu les 19 et 20 juin derniers « les 48h d’AL ».

Malgré le froid et la météo pluvieuse les équipes d’Alternative Libérale n’ont pas hésité à « battre le pavé » pour dénoncer la dette de l’Etat. Plusieurs milliers de faux PV à 71.000€ ont été distribués à travers la France. 1489 milliards d’Euros, c’est environ la dette officielle cumulée depuis 35 ans. Si on ajoute les engagements non pris en compte par la comptabilité nationale (engagements de retraite des fonctionnaires, garantie donnée pour la Grèce etc.), le chiffre dépasse largement 2 000 milliards d’Euros à ce jour. Rapportée à chaque citoyen actif, cette dette représente :71 000€ = votre part de la dette française.

Un peu plus tôt dans la journée, c’est le président de Lancéa Développement, Claude Bannwarth qui est intervenu lors d’une conférence débat sur le thème « Vivre dans une société libérale, comment faire rêver les Français ? »

Les 48h donnèrent aussi l’occasion, pour le Conseil National de se réunir et de remettre officiellement au Bureau d’Alternative Libérale le compte-rendu des « Assises de la libre parole ».

La journée de dimanche fut également forte en couleur et en émotions. Malgré la température polaire pour une veille de jour d’été, les militants d’Alternative Libérale se sont réunis le matin pour un Brunch/ débat sur la place du libéralisme en France et en Europe. C’est une équipe motivée qui s’est retrouvée dans les rues de Paris pour verbaliser les automobilistes et passants. Les traditionnels ballons et ventes de livres ont aussi connu beaucoup de succès.

Ce succès, et l’enthousiasme des passants pour nos idées nous confortent dans notre stratégie et nous laisse présager de futurs succès électoraux comme ailleurs en Europe.

%d blogueurs aiment cette page :