jump to navigation

Sida Vers un dépistage ciblé et une discrimination xénophobe ? octobre 22, 2009

Posted by fredericdeharven in Uncategorized.
trackback

Dans un article paru sur TF1 LCI le 21/10/09, (http://tf1.lci.fr/infos/sciences/sante/0,,4921773,00-vers-un-depistage-generalise-en-france-.html) intitulé Sida –Vers un dépistage généralisé en France? Nous pouvions lire les phrases suivantes :
« La Haute autorité de santé (HAS) préconise un dépistage du VIH sur toute la population française de 15 à 70 ans pour pallier les insuffisances de la politique actuelle ». Et la HAS de continuer
« « Bien que l’activité de dépistage soit particulièrement importante en France, il persiste un retard au dépistage qui concerne plus particulièrement certains groupes de populations ou d’individus », écrit l’autorité, qui cite les personnes de plus de 40 ans, d’origine étrangère ou contaminées par voie hétérosexuelles. ». Vers un dépistage ciblé et une discrimination xénophobe ? « L’organisme public, qui fournit des avis et recommandations au ministère de la Santé, recommande un dépistage ciblé tous les ans des « groupes à risque »: homosexuels, hétérosexuels aux partenaires multiples, et consommateurs de drogue »

Face à cette lecture pour le mois choquante, j’ai demandé à mon père sa réaction. Pour que vous compreniez ma démarche et le sens de ses propos, j’estime utile de vous dire quelque mots à son sujet avant de vous laisser lire sa réaction. Étienne DE HARVEN est docteur en médecine et professeur émérite d’anatomopathologie à l’Université de Toronto, au Canada. Il est également membre du Comité consultatif sur le SIDA due l’ex Président de la République Sud Africaine T. Mbeki. Spécialité : anatomo-pathologie en microscopie électronique ses principaux sujets de recherche sont leucémies et cancer, avec un intérêt très focalisé sur les virus à ARN, appelés  » rétrovirus  » depuis 1956, et sur les lymphocytes. http://www.sidasante.com/edh/edhconf.htm

Voici donc les propos du professeur De Harven à la lecture de cet article :

Etienne de Harven « L’idée d’envisager un large dépistage de la population française sur ladite séropositivité du « VIH » est scientifiquement, politiquement et moralement totalement inacceptable pour un grand nombre de raisons dont les principales sont:
1) Le test dit de la « séropositivité » manque de toute spécificité. Des dizaines de conditions médicales, qui n’ont rien à voir avec le SIDA, rendent souvent ce test faussement positif (voir: http://www.virusmyth.com/Find/Christine Johnson/Whose antibodies are they anyway?)
2) Ce test démontre uniquement la présence d’anticorps, et absolument pas la présence d’un prétendu rétrovirus. Ce fait devrait très obligatoirement être porté à la connaissance de toute personne à laquelle le test viendrait à être proposé.
3) Sur la liste des facteurs susceptibles de rendre ce test (Elisa) faussement positif figure la vaccination anti-grippale. Avec les nombreuses vaccinations anti-grippales prévues actuellement, on devrait donc s’attendre à un nombre considérable de « faux positifs » au prétendu VIH.
4) Ce test a uniquement permis de terroriser d’innombrables millions de gens bien-portants, et de crédibiliser la notion d’une pandémie de SIDA dans la population hétérosexuelle. Cette prétendue pandémie de SIDA parmi la population hétérosexuelle est une pandémie VIRTUELLE, qui ne s’est jamais matérialisée (voir: « The AIDS pandemic. The collision of epidemiology with political correctness », par James Chin, Radcliffe Publ. Ltd, 2007) (James Chin est l’ancien directeur du programme mondial du SIDA à l’Organisation Mondiale de la Santé, OMS, à Genève).
5) Les graves déficiences immunitaires (SIDA) observées depuis bientôt trente ans, étaient, ET SONT TOUJOURS, limitées à la population des homosexuels et des drogués intraveineux.
6) La preuve d’une transmission (contagion) hétérosexuelle du SIDA n’a jamais été faite d’une manière scientifiquement convaincante. De nombreuses études épidémiologiques ont d’ailleurs montré que les prostituées ne font pas de SIDA, seules sont occasionnellement séropositives celles qui se droguent par voie intraveineuse. Par surcroît, le prétendu rétrovirus (VIH) n’a jamais été isolé, ni purifié, directement à partir d’aucun malade sidéen.
7) Le test du prétendu « VIH », trouvé positif chez d’innombrables sujets bien portants les a exposés à: 1) un stress considérable, et 2) à des « traitements » par médicaments anti-rétroviraux. Un très grands nombres de ces malheureuses victimes sont mortes, iatrogéniquement, intoxiquées par ces médicaments (AZT en particulier).
8 Le seul bénéfice du test dit de la séropositivité est d’avoir rempli les caisses de grandes compagnies pharmaceutiques bien connues, aidées dans cette manœuvre par LA PEUR, cyniquement amplifiée par les médias très complaisants.
Je soussigné, Professeur Etienne de Harven, certifie que toutes les affirmations résumées ci-dessus sont facilement vérifiables, et je défie tout membre de l’establishment HIV/AIDS de les réfuter. (toute correspondance: ) »
Les dix plus gros mensonges sur le Sida

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :